MARS EXPRESS (2023)

L'histoire

En l’an 2200, Aline Ruby, détective privée obstinée, et Carlos Rivera son partenaire androïde sont embauchés par un riche homme d’affaires afin de capturer sur Terre une célèbre hackeuse.

De retour sur Mars, une nouvelle affaire va les conduire à s’aventurer dans les entrailles de Noctis, la capitale martienne, à la recherche de Jun Chow, une étudiante en cybernétique disparue. Noctis est leur ville, une utopie libertarienne rendue possible par les progrès en robotique, emblème d’un futur tourné vers les étoiles. Au fil de leur enquête, ils seront confrontés aux plus sombres secrets de leur cité ; ses institutions corrompues, ses trafics, ses fermes cérébrales, et les magouilles des toutes puissantes corporations. Mais des tueurs cyber augmentés ont eux aussi pris pour cible Jun Chow. Aline et Carlos se lancent dans une course désespérée pour sauver cette jeune femme qui, sans le savoir, détient un secret capable de menacer l’équilibre précaire sur lequel repose leur civilisation


L'AVIS DE SF-STORY

POINTS POSITIFS ET NEGATIFS

+ Il y avait trop longtemps que nous n'avions pas vu un film de science-fiction et d'animation français !

 

 

 

HORS-CHAMP*

Epopée spatiale

 

Mars express se présente comme une articulation entre polar et science-fiction :  «La SF nous sert avant tout de cadre et d’univers, la structure narrative étant amenée par le polar» déclare Jérémie Perin qui revendique des influences proches de Robocop2001 L’Odyssée de l’espace, Les Maîtres du temps ou Ghost in the shell et de deux grands auteurs littéraires majeurs, Philip K.Dick et Raymond Chandler.

Dans Mars Express, les terriens ont colonisé la planète rouge et des voyages réguliers s’opèrent entre les deux astres.

Dès le début du XXe siècle, le voyage spatial s’impose tant dans

les œuvres littéraires que dans le cinéma naissant. Georges Méliès

réalise l’un des tous premiers films du genre en 1902 : Le Voyage

dans la Lune, un « film à trucs » autant inspiré d’H.G. Wells que de

Jules Verne. Cette conquête de l’Espace se retrouve régulièrement

dans d’autres œuvres mythiques de SF comme La Femme sur la Lune (1929) de Fritz Lang, 2001 L’Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, ou la saga de George Lucas, La Guerre des Étoiles (Star Wars)...

Epopée spatiale

 

Le réalisateur Jérémie Perrin déclare sur le propos du film : "« La science-fiction que nous regardions au cinéma était plutôt

orientée «fantasy» avec Star Wars ou vers les super-héros. Nous

avions plutôt l’intention d’aller vers de la science-fiction plus proche

d’un commentaire sur notre époque (…).

Le simple constat de ce qui existe aujourd’hui autour de nous et

vers quoi on tend a immédiatement fait émerger les thématiques

des robots, des voyages spatiaux et notamment de colonisation des planètes autour de nous. Quand nous avons commencé à écrire, Jeff Bezos et Elon Musk étaient déjà complètement dans leurs utopies martiennes et de station spatiale. Nous avons donc creusé ce sillon et de fil en aiguille est née l’histoire de Mars Express. »

Dystopie et robots

 

Opposée à l'utopie qui imagine des sociétés futures meilleures, la dystopie pessimiste présentée par la plupart des auteurs de SF est un monde où "...les habitants d'un monde pensent vivre à Disneyland alors qu'ils son enfer" déclare Jérémie Périn. Les sociétés techno-totalitaires qui règnent dans THX 1138, premier long métrage de George Lucas (1971) où la population est contrôlée par une police androïde, Metropolis (1927) de Fritz Lang, fonte portrait d’une population sous le joug de tyrans. De même, les menaces environnementales traitées dans Mars Express avec une terre exsangue, sont aussi le thème central de Soleil vert (1973) de Richard Fleischer, ou de Silent Running (1971) de Douglas Trumbull.

Le rapport entre humains et robots est au cœur du film. Le robot devient si sophistiqué qu'il devient un double de l'homme. A l’instar de Ghost in the Shell de Mamoru Oshii (1995), Les créatures de Mars Express sont-ils encore des robots, des cyborgs ou déjà des post humains ? « Un cyborg c’est un être mi- organique, mi- cybernétique, le plus souvent un corps d’acier et de plastique avec des restes humains, a minima le cerveau. Par exemple Robocop est un cyborg, Carlos est un robot complet. Aucune cellule de Carlos humain n’est dans son corps artificiel, seule reste sa mémoire numérisée » déclare Jérémie Périn.

Humains et Robots

 

Jérémie Perrin et Laurent Sarfati, tous deux scénaristes du film, pacent les humains et les robots sur un même pied d'égalité : "Dans de nombreux films de science-fiction, quand les robots deviennent sensibles, soit ce sont des méchants qui veulent nous tuer, comme Terminator, soit les robots découvrent leur humanité et veulent devenir l’égal des humains, comme Hal 9000 dans 2001 L’Odyssée de l’espace. J’aime bien mais je voulais tenter autre chose où l’homme n’est pas le point de référence. Notre film dit que les robots sont différents de nous, au même titre que les autres espèces vivantes. Alors nous devons accepter et respecter ces

différences. Il n’y a pas besoin de peur, pas besoin d’opposition.

Mars express est aussi un monde où les robots sont de plus en

plus humains et où les personnages humains peuvent accéder aux

interfaces informatiques avec leurs yeux. Je voulais donc intégrer

cette confrontation entre « naturel » et « artificiel » dans la mise

en scène, pour brouiller ces codes en mélangeant les règles et les

conventions de l’action réelle".

 

Des voix

 

Des voix célèbres portent les personnage du film : Aline Ruby est interprétée par Léa Drucker (La guerre des mondes). Son partenaire de travail Carlos est interprété par Daniel Njo Lobé , Mike Colter (Luke Cage, Evil), Hill Harper (Les Experts : Manhattan, Good Doctor), Idris Elba (Luther) ou Mahershala Ali (True Detective). Matthieu Almaric (Le Bureau des Légendes) interprète Chris Roy Jacker.

 

Petit rappel des lois robotiques fondamentales 

 

Tirées du Cycle de Robots d'Issac Asimov, le film s'appuie sur les trois lois robotiques fondamentales :

- Première loi : Un robot ne peut pas porter atteinte à un être humain ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.

- Deuxième loi : Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

- Troisième loi : Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi. 

 

Dessin 2D et 3D

 

Dès le départ du projet, le réalisateur a eu la volonté d’utiliser deux

techniques d’animation complémentaires dans la même image : le dessin animé 2D tracé à la main pour donner vie aux personnages et l'animation numérique 3D, basé sur des calculs vectoriels mettant  en mouvement les robots et les véhicules.

Les deux techniques cohabitent dans une image hybride, en

cohérence avec l’histoire. Pour Laëtitia Nurdin, première assistante réalisatrice, le logiciel d’animation open source 3D Blender utilisé est l’avenir des outils de travail. Les logiciels open source sont développés et gérés dans le cadre Blender est un logiciel libre de modélisation, d’animation par ordinateur et de rendu en 3D, de plus en plus reconnu par les entreprises du secteur de l’animation.

Le rendu final de Mars Express s’inspire de grands noms de la « japanimation » comme Katsuhiro Ōtomo, le créateur d’Akira, Mamoru Oshii (Ghost in the shell) ou Satoshi Kon (Paprika).

 

Pour obtenir un gain de temps d’exécution, l’animation est

volontairement limitée avec un soin apporté aux poses-clés des

mouvements des personnages, évitant ainsi une « full animation » à

24 dessins par seconde.

Cette simplification est compensée par un découpage rapide avec

un nombre de plans important, particulièrement dans les scènes

d’action, pour garder le rythme et ne pas risquer d’ennuyer le

spectateur avec des plans trop longs et peu animés.

The Last Men

 

Jérémie Périn est diplomé de l'école de l'image des Gobelins. Depuis 2001, il a travaillé pour divers studios d'animation, en acquérant une solide expérience en storyboard, layout, compositing, et design sur des pilotes de séries TV et des courts métrages. En 2016, L’écriture et la réalisation de la série Lastman le consacre définitivement au sein de l’animation adulte, en France et dans le monde.

 

Laurent Sarfati, le co-scénariste commence sa carrière dans le jeu de rôle en co-signant le jeu In Nomine Satanis, puis il devient testeur de jeux vidéo pour le magazine Joystick. En 2007, Ma vie n’est pas une comédie romantique est son premier projet porté sur grand l’écran, co-écrit avec le réalisateur Marc Gibaja. Ensemble, ils co-signent également « La Minute Blonde » pendant deux ans dans  Nulle Part Ailleurs sur Canal+. Réuni à Jérémie Périn, ils écrivent des programmes courts et des clips. Le grand tournant pour leur duo sera la série animée Lastman, préquel au manga éponyme, produit par Everybody on Deck. Le succès de la série leur ouvre l’opportunité, chez ce même producteur, d’écrire ensemble le long métrage de science-fiction : Mars Express.

BANDE-ANNONCES

PHOTOS

© By Jérémie Périn & Michaël Robert / Everybody On Deck / Gebeka Films

AFFICHES


GENERIQUE

Mars Express (id.), 2023, Jérémie Périn, France.

Son : NC. Format d'image : NC. 

Réalisateur : Jérémie Périn. Durée : 1h25.

Productions Everybody on the Deck,

Co-Productions :  Je Suis Bien Content, Ev.L Prod, Plume Finance, France 3 Cinéma, Shine Conseils, Gébéka Films, Amopix.

Participations : Ciné+, France Télévisions.

Supports : Canal+,  Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), Région Réunion, Pictanovo, Région Hauts-de-France, Région Grand Est, Eurométropole de Strasbourg, Région Nouvelle-Aquitaine, Magelis, Département de la Charente, Société des Producteurs de Cinéma et de Télévision.

En partenariat avec : Agence Nationale de Gestion des Oeuvres Audiovisuelles (ANGOA), Sacem.

Distribution France : Gébéka Films.

Producteur exécutif (animation) : Marc Jousset .

Producteur : Didier Creste.

Responsable de production : Arnauld Boulard.

Cadre en charge du développement

Scénario : Jérémie Périn et Laurent Sarfati.

Effets spéciaux visuels : Cyprien Nozières.

Effets spéciaux (société) : Gao Shan Pictures

Musique : Fred Avril, Philippe Monthaye.

 

Interprètes (voix) : Léa Drucker (Aline Ruby), Mathieu Amalric (Chris Roy Jacker), Daniel Njo Lobé (Carlos Rivera)

Marie Bouvet (Roberta Williams), Sébastien Chassagne (Inspecteur Simon Gordaux), Marthe Keller (Beryl), Geneviève Doang (Jun Chow / Jun Chow 2), Thomas Roditi)...

Date de sortie française : 22 Novembre 2023.

Date de sortie US : NC.

Budget estimé : NC.



PLUS SUR MARS EXPRESS

CONNECTE AVEC

BOUTIQUE SF-STORY


COMMENTAIRES

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

*Le hors-champ est la partie de la scène qui n'apparaît pas dans un plan d'un film parce qu'elle n'est pas interceptée par le champ de l'optique de la caméra que ce champ soit invariable (plan fixe), ou variable (plan où la caméra effectue un mouvement (panoramique et/ou travelling) et/ou un zoom).