CLASSEMENT CHRONOLOGIQUE

1937


CES ANNEES-LA

Inventions modernes (1937)

 > 1937 :

 

Naissance le 19 Février de Terry Carr, éditeur de fanzines et écrivain américain ("Cirque" publié en 1977, plusieurs anthologies SF),  décédé en 1987.

22 Février : Joanna Russ, auteure américaine de romans et nouvelles ("Pique-nique au Paradis (1968), Des gens (extra) ordinaires (1984), morte en 2011.

9 avril : Barrington J. Bayley, écrivain britannique ("The Star Virus"), mort en 2008.

13 mai : Roger Zelazny, écrivain américain de fantastique et de SF, a reçu 6 prix Hugo et trois prix Nebula ("Cycle des Princes d'Ambre", "Toi l'immortel", "Seigneur de Lumière", mort en 1995.

27 mai : Gérard Klein, écrivain et éditeur français ("La Saga d'Argyre, co-dirige "La Grande Anthologie de la science-fiction", de 1974 à 1985).

19 septembre : Jean-Pierre Andrevon, écrivain français ("Sukran", "Les Hommes-machines contre Gandahar qui sera adapté 20 ans plus tard à l’écran par René Laloux sous le titre Gandahar, rédacteur pour les revues Circus, A Suivre, L'Écran fantastique, Toxic magazine)

 

 

Décès le 10 Mars de Ievgueni Ivanovitch Zamiatine, écrivain russe, auteur de Nous autres (1920), dystopie SF critique de la révolution russe de 1917. 

 

Le mouvement The Futurians, réunissant des écrivains (Asimov, Blish, Pohl, Knight...), des fans et des éditeurs de SF est créé à New-York.

 

Parution des romans : Créateur d'étoiles de Olaf Stapledon, Patrouille galactique de Edward Elmer Smith, La Cité des asphyxiés de Régis Messac. Parution de la BD "Futuropolis" de René Pellos, 1ère BD de SF française, publiée du 7 avril 1937 au 4 mai 1938 dans l'hebdomadaire Junior.


BOUTIQUE SFSTORY

1937

Deux productions, l'une tchèque, l'autre allemande, marquent l'année 1937. Dénonciation de la guerre, Bilà Nemoc (la chute du tyran) préfigure le conflit naissant dans l'Europe des années 30. Weltraumschiff I startet (Vaisseau 1 décolle) décrit comme un vrai documentaire le voyage d'une fusée en 1963 vers notre astre lunaire. Et toujours des serials, mais cette fois sans super-héros, Flash Gordon se repose...

La Chute du Tyran ( Bílá nemoc)***, 1937, Hugo Haas, Tchécolsolovaquie

Autres titres : La Peste blanche ou La Grande Solution.

Réalisateur : Hugo Haas. Producteur : Hugo Haas. Durée : 1h46 / 1h18 (USA) / 1h50 (Allemagne de l'est)

Format : 1.37. Noir et blanc.

Société de production : Moldavia Films. Studios : Studios Barrandov

Scénario : Karel Čapek, Hugo Haas

Directeur de la photo : Otto Heller

Musique : Jan Branberger

Décors : Štěpán Kopecký

Montage : Antonín Zelenka - Fannie Hurst

Interprètes : Hugo Haas (Docteur Galén), Bedrich Karen (le Professeur Sigelius), Zdeněk Štěpánek  (le maréchal Krieger), Václav Vydra  (Baron Krog), František Smolík (le citoyen), Helena Frydlova (la femme du citoyen), Ladislav Bohac (Fils de Krog), Karla Olicová (la fille du maréchal), Jaroslav Prucha (Docteur Martin), Vladimír Smeral (le premier assistant), Vitezslav Bocek (le fils du citoyen), Eva Svobodovna (la fille du citoyen)...

 

L'histoire : Une terrible maladie blanche se propage dans toute l'Europe et tue les victimes en l'espace d'une année. La terreur règne et, alors que le gouvernement, dirigé par un dictateur, le maréchal Krieger, est occupé à préparer une guerre de conquête, un savant, le docteur Galén, trouve le remède contre la maladie blanche.  Cependant, il exige de ses patients potentiels qu'ils apportent des déclarations de revenus, et ne guérit que les pauvres mais promet de guérir tout le monde dès que le gouvernement cessera de se préparer à la guerre et explique qu'en refusant de guérir les riches, il veut les forcer à faire changer d'avis le gouvernement. 

Malheureusement, la guerre commence avec l'invasion par l'armée d'une petite nation voisine. D'autres nations européennes, dont l'Angleterre, déclarent la guerre en réponse à l'agression.

Le maréchal Krieger tombe lui-même malade et va bientôt mourir.  En dernier recours, il convoque Galén et lui demande de le guérir mais comme le docteur ne veut livrer son secret qu'en échange de la paix, le dictateur accède à sa demande.

 

La critique : Le film est tiré d'une pièce de Karel Čapek, auteur de la célèbre pièce "R.U.R." où le mot robot apparaît pour la première fois. Fiction dystopique, ce plaidoyer anti-guerre sort sur les écrans à  une époque où le nazisme et les oppositions entre les nations européennes montaient en puissance. L'affrontement entre le maréchal et le Dr Galen n'est jamais manichéen, chacun justifiant son point de vue avec des arguments crédibles. La première représentation du film a été saluée par la critique tchèque mais le parti fasciste slovaque Hlinka a fortement critiqué la pièce et l'a décrite comme "nocive". Le film est sorti à Tel Aviv le 28 septembre 1938, un jour avant l'accord de Munich qui a abouti à l'annexion de la Tchécoslovaquie par l'Allemagne! 

Weltraumschiff I startet (1937)** Anton Kutter, Allemagne.

Autres titres : The Launching of Spaceship-1 (USA), en français : littéralement, Vaisseau spatial 1 décolle).

Réalisateur : Anton Kutter. Producteur : Anton Kutter. Durée : 23mn. Format : 1.37.

Société de production : .Bavaria Film 

Scénario : Anton Kutter. Directeur de la photo : Gustav Weiß.

Musique : Ludwig Kusche. Décors : Willy Horn. Société d'éffets spéciaux : Kulturfilm.

Interprètes : Fritz Reiff (Le chefdes technciens), Rolf Wernicke (Le reporter), Carl Wery (Commodore Hart)

 

L'histoire :  le 13 juin 1963,  le directeur d'une usine de fabrication de fusées  annonce le premier vol habité vers la lune devant les représentants de la presse. Dans une introduction, il décrit l'histoire de la technologie des fusées et les détails techniques des voyages spatiaux. Immédiatement avant le lancement, les journalistes interviewent par radio le commandant du vaisseau spatial, qui décolle sur une rampe de lancement d'un kilomètre de long dans l'espace et retourne sur Terre  après avoir fait une rotation autour de la Lune.

 

La critique : Anton Kutter est, au début des années 30, un astronome amateur allemand. Il est l'inventeur d'un type de télescope et il est le fondateur d'un observatoire à Biberach, sa ville natale. En 1937, il commence à filmer les premiers rushs du film se voulant relater le premier envol vers l'espace d'une fusée en 1963... Malheureusement, il ne peut terminer son film et le montage final de 23 minutes ne sera réalisé qu'en  1940. Il sera ensuite diffusé en Juillet 1940 à Munich, à Berlin en Novembre, puis dans plusieurs cinémas jusqu'à la fin de la guerre. Le film se divise en trois parties : la conférence de presse dans l'usine; une partie pédagogique où sont expliqués les étapes de sa fabrication et le vol spatial avec sa rotation autour de notre satellite. Malgré des effets spéciaux bien désuets et l'intrigue quasi absente, les explications et les aspects techniques sont crédibles : le processus de décélération lors du retour sur Terre , les masses et hauteur de la fusée sont comparables à celles de Saturn V trente ans plus tard. Le réalisateur fait également conîncider le lancement de la fusée avec la date de son 60ème anniversaire , le 13 Juin 1963. Un pseudo-documentaire visionnaire.

 

SOS Coast Guard, 1937, Alan James, William Witney.

RéalisateursAlan James, William Witney. Durée : 3h44 (12 épisodes). Format : 1.37.

ScénarioBarry Shipman,  Franklin Adreon, d'après une histoire de Morgan Cox et Ronald Davidson.

Producteur : Sol C. Siegel. Sociétés de production : Republic Pictures.

Directeur de la photo : William Nobles.

Montage : Edward Todd, Helene Turner.

Interprètes : Ralph Byrd (Lt. Terry Kent), Bela Lugosi (Boroff), Maxine Doyle (Jean Norman), Richard Alexander (Thorg), Lee Ford (Snapper McGee), Herbert Rawlinson (Cmdr. Boyle), John Picorri (G.A. Rackerby),

Lawrence Grant (Rabinisi), Thomas Carr (Ens. Jim Kent), Carleton Young (Henchman Dodds).

Serial en 12 épisodes : 1. Disaster At Sea; 2. Barrase Of Death; 3. The Gas Chamber; 4. The Fatal Shaft; 5. The Mystery Ship; 6. Deadly Cargo; 7. Undersea Terror; 8. The Crash; 9. Wolves At Bay; 10. The Acid Trail; 11. The Sea Battle; 12. The Deadly Circle.

Date de sortie USA : 28 Aout 1937.

 

L'histoire : Le gouvernement de Marovania a engagé le diabolique savant Boroff pour fabriquer un gaz puissant destiné à devenir une arme de destruction massive. Boroff est en route pour Marovania avec un bateau rempli d'arnatite, matériau nécessaire pour fabriquer le gaz lorsque son bateau à vapeur s'échoue au large de la côte californienne. Les Gardes Côtés, dirigés par le lieutenant Terry Kent, tentent de chasser Boroff, et de protéger la sécurité des civils, dont le journaliste pot de colle Jean Norman, et son photographe , Snapper McGee. Boroff est secondé par le géant et redoutable Thorg. Kent devra souvent souvent utiliser ses poings et toute sa ruse pour se débarrasser de la menace du gaz destructeur.

 

La critique : le nouveau serial de Republic Pictures de 1937, SOS Coast Guard, met en vedette Ralph Bird, la version Dick Tracy de Republic, qui poursuit les méchants en moto, sur les mers en hors-bord et dans les airs! Bela Lugosi ("Dracula" 1931, "Double Assassinat dans la rue Morgue", 1932...) incarne Borloff de manière efficace et sans trop froncer les sourcils! Les effets spéciaux sont signés par les frères Howard et Théodore Lydecker, pionniers des cascades cinématographiques avec des câbles, utilisés notamment sur Le voleur de Bagdad (1924).

 

Night Key (Alerte la nuit)*, 1937, Lloyd Corrigan, Etats-Unis.

Réalisateur Lloyd Corrigan. Scénario : Tristram Tupper, Jack Moffitt d'après une histoire de William A. Pierce.

Durée : 1h08. Noir et Blanc. Format : 1.37.

Productions : Universal Pictures.

Interprètes : Boris Karloff (David Mallory), Warren Hull Warren Hull (Jim Travers), Jean Rogers (Joan Mallory), Alan Baxter (John Baron aka The Kid), Hobart Cavanaugh (Petty Louie), Samuel S. Hinds (Stephen Ranger)...

L'histoire : L'inventeur d'un nouveau système d'alarme antivol haut de gamme est kidnappé par un gang  de malfrats afin de l'amener à les aider à commettre des vols...

Sortie française : 24 Novembre 1937. USA : 18 Avril 1937.

La critique : Night Key est réalisé après une période de succès relatifs des films d'horreur, filon majeur exploité par Universal dans les années 30 après les succès de Frankenstein, les studios, qui ont encore un contrat pour un film avec Boris Karloff, décident de réaliser un film plus policier avec un petite dose de science-fiction. Night Key,  film de série B, mineur dans la série des "Universal Monsters" a été tourné en 27 jours pour un budget modeste de 192 000$, avec un dépassement du budget initial de 17000$ et 6 jours de tournage supplémentaires dus aux exigences de Boris Karloff afin de respecter les 8 heures de tournage par journées prévues par les accords syndicaux des acteurs. Le film à la gestion chaotique puisque Lloyd Corrigan, metteur en scène inexpérimenté, avait remplacé Sidney Salkow (Le pirate des sept mers,1953) , qui avait déjà remplacé Arthur Lubin (Fantômes en vadrouille, 1941), qui avait remplacé Ralph Murphy (Le Tigre de Malaisie, 1954)!


Autres films de 1937 :

New York Express (Non-Stop New York), 1937, Robert Stevenson, Royaume-Uni.

Réalisateur : Robert Stevenson. Durée : 1h09. Format : 1.37. Noir et Blanc.

Productions : Gaumont British Picture Corporation.

Interprètes : John Loder (Inspecteur Jim Grant), Anna Lee (Jennie Carr), Francis L. Sullivan (Hugo Brant), Frank Cellier (Sam Pryor), Desmond Tester (Arnold James), Athene Seyler (Tante Veronica), William Dewhurst (Mortimer)...

L'histoire : Une jeune femme se retrouve victime d'un complot de meurtre sur un vol transatlantique entre Londres et New York.

Date de sortie  française : 15 Février 1939.

 

The Girl from Scotland Yard, 1937, Robert G. Vignola, USA.

Réalisateur :  Robert G. Vignola. Durée : 1h01. Format : 1.37. Noir et Blanc.

Productions : Emanuel Cohen Productions. Distributeur : Paramount Pictures.

Interprètes :  Karen Morley (Linda Beech), Robert Baldwin (Derrick Holt), Eduardo Ciannelli (Franz Jorg), Katharine Alexander (Lady Helen Lavering), Claude King (Sir Eric Ledyard)...

L'histoire : Une femme agent secret  recherche la cause de mystérieuses explosions.

Date de sortie US : 30 Mai 1937.

 

Blake of Scotland Yard, 1937, Robert F. Hill, Etats-Unis. 

Réalisateur : Robert F. Hill. Productions : Victory Pictures Corporation.

Durée : 5h03 (Sérial en 15 épisodes). Format : 1.37. Noir et Blanc.

Interprètes : Ralph Byrd (Dr. Jerry Sheehan), Herbert Rawlinson (Sir James Blake), Joan Barclay (Hope Mason), Lloyd Hughes Lloyd Hughes (D. Marshall - 'Le Scorpion'), Dickie Jones (Bobby Mason)

L'histoire : Sir James Blake, le célèbre policier de Scotland Yard a pris sa retraite afin d'aider sa nièce Hope et son ami Jerry à développer un appareil qu'ils ont inventé. Sir James pense que leur invention peut prévenir les guerres, et prévoit de la donner à la Société des Nations. Mais un gang de criminels mené par l'insaisissable "Scorpion" vole l'appareil... Blake et ses associés doivent récupérer l'invention et déterminer l'identité du "Scorpion".

Date de sortie US : 30 janvier 1937.

Une version courte de 1h13 sera également produite sur la base du serial en 15 épisodes. 

Sky Racket, 1937, Sam Katzman, Etats-Unis

Réalisateur : Sam Katzman

Interprètes : Bruce Bennett/Herman Brix (Eric Lane - Agent 17) , Joan Barclay (Marion Bronson), Monte Blue (Benjamin Arnold), Hattie McDaniel (Jenny)...

L'histoire : Un agent du gouvernement entreprend de capturer un gang de bandits qui utilisent un rayon mortel pour faire exploser des avions dans le ciel....

 

El Super Loco, 1937, Juan José Segura, Mexique.

Autres titres : The Crazy Monster, The Super Madman.

Réalisateur : Juan José Segura. Durée : 1h05.  Format : 1.37. Noir et Blanc. Productions : P.C.E. Producciones Cinematográficas Exito.

Interprètes : Leopoldo 'Chato' Ortín (Sóstenes), Carlos Villarías (Dr. Dienys), Aurora Campuzano (Susanita), Consuelo Frank (Margarita), Ramón Armengod (Alberto), Emilio Fernández (Idúa)...

L'histoire : Un médecin ne vieillit pas et fait des expériences mentales avec un monstre, puis tue un collègue avec le pouvoir de son esprit...

La critique : Une des premières comédies d'horreur réalisée au Mexique, l'humour est plus réussi que la terreur, ici peu présente.

Sortie Mexique : 13 Mars 1937.

 

A nö és a gép, 1937, Tamás Fejér, Hongrie.

L'histoire : Une électro-physicienne crée un robot humanoïde. Les choses se compliquent quand elle commande à la machine de l'aimer.

Aucune copie n'existe pour ce film dont les bobines ont disparues ou ont été détruites durant la seconde guerre mondiale lors du siège de Budapest. Seules quelques photos sont encore visibles dans des archives de journaux. Le film avait été présenté lors d'un concours national de film amateurs à Paris.

 



BOUTIQUE


COMMENTAIRES

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.